Polar historique – Les fiancés de Venise, de Nicolas Remin

En 1863, en plein centre de Venise, une jeune femme est retrouvée sauvagement assassinée dans son appartement. Le commissaire Alvise Tron, responsable du secteur de Saint-Marc, est chargé de l’enquête qui le conduit jusqu’au cœur du pouvoir autrichien. La victime, Anna Slataper, n’est autre que la maîtresse de l’archiduc Maximilien, jeune frère de l’empereur François-Joseph… Crime passionnel ou politique ? Dans le brouillard de la lagune et les méandres des rios vénitiens, Alvise Tron se perd dans les vraies fausses pistes : le meurtrier est-il un des résidents du majestueux hôtel Danieli, un des passants anonymes de la riva degli Schiavoni, un des invités des fastueux bals masqués de l’aristocratie vénitienne, ou un proche de l’archiduc ? L’assassin semble lui échapper. Pourtant une jeune fille a vu son visage…

Dépaysement garanti pour ce second volet des crimes dans la cité des Doges, les enquêtes du Comte Tron, commissaire à Venise et représentant d’une des plus anciennes familles du lieu… Même si vous avez déjà vu Venise ! Pensez donc : un lieu célébrissime, mais au temps où il n’était pas encore envahi par les touristes, une époque mal connue – la dernière décennie de domination autrichienne sur l’Italie – avec, plus vrais que nature, des personnages historiques à l’aube de leur destin tragique. Je pense particulièrement à l’archiduc Maximilien qui n’est pas encore l’empereur éphémère du Mexique (même si les choses se mettent progressivement en place, notamment par les mentions de l’influence grandissante de Napoléon III et de sa cour). A ceux-là s’ajoutent les personnages de fiction qui n’ont rien à leur envier. L’écriture est belle et précise, très sensible aussi – ce qui n’est pas si courant. L’intrigue en forme de mexican standoff est superbe et construite avec un soin remarquable.

Bref, un roman qui sort des sentiers battus et, d’une manière plus large, une série de six polars qui valent le détour, dont cinq seulement sont traduits en français : 1) L’Impératrice lève le voile, 2) Les Fiancés de Venise, 3) Gondoles de verre, 4) Les Masques de Saint-Marc, 5) Requiem sous le Rialto (avec une édition intégrale qui les rassemble sous le titre Mystères à Venise), 6) Die letzte Lagune (paru en 2011)

Nicolas Remin est un auteur allemand, né à Berlin en 1948. C’est un universitaire qui s’est lancé tardivement dans la carrière littéraire – un premier roman édité à 56 ans. Petit clin d’œil à toutes celles et tous ceux qui pensent qu’il est trop tard pour se lancer…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :