Polar classique – Le piège de la Belle au bois dormant, de Mary Higgins Clark et Alafair Burke

Laurie Moran, la productrice de Suspicion, une émission de téléréalité spécialisée dans la reconstitution de cold cases, fait face à un nouveau défi. Elle s’est laissé convaincre par Casey Carter, qui vient d’être libérée de prison après une peine de quinze ans pour le meurtre de son fiancé, Hunter Raleigh, de rouvrir son dossier. Une affaire hors sujet pour certains, puisque déjà jugée… Et pourtant ! Si pour la presse et l’opinion publique, Casey, que certains ont surnommée la Dingue, reste une criminelle, celle-ci continue de clamer son innocence, et Suspicion est sa seule chance de la prouver. Entre les nombreuses jalousies et rivalités que suscitaient les fiançailles de Casey et Hunter, héritier d’une des plus grandes fortunes américaines, et l’arrivée d’un jeune loup aux dents longues pour remplacer le précédent présentateur de Suspicion, l’enquête de Laurie, douloureusement confrontée à ses propres difficultés et contradictions, s’annonce difficile.

Leur réputation n’est plus à faire : après le succès de L’Affaire Cendrillon et de La mariée était en blanc, le duo de choc Mary Higgins Clark – Alafair Burke revient pour une enquête de Laurie Moran, un personnage attachant qui présente l’avantage d’être dans la lignée des personnages féminins chers à Mary Higgins Clark.

Comme les autres romans de la même série, Le piège de la Belle au bois dormant est passionnant d’un bout à l’autre. Ah, cette sacrée manie de s’endormir au plus mauvais moment ! Est-ce la marque d’une innocente victime d’un affreux complot, une jeune femme vulnérable, droguée, qui s’est éveillée enfin pour découvrir l’horreur – son fiancé assassiné à l’étage de la maison ? Ou alors, le plan machiavélique monté avec grand art par une coureuse de fortune, cupide, violente, à la limite de la folie, et qui espérait que tous croiraient à son bobard ? Telle est la question ! Le souci, c’est que c’est chose jugée et que Casey la Dingue pourrait bien soit restaurer son honneur (mais personne n’y croit, à commencer par sa propre mère), soit faire dire à tout le monde qu’elle n’a pas volé les quinze années de taule qu’elle vient de tirer. C’est un choix difficile pour Laurie : qu’est-ce qu’une émission de téléréalité peut espérer obtenir de tout ce travail de préparation quand il semble bien qu’il existe moins d’une chance sur deux que la contre-enquête fasse sortir une vérité à laquelle personne ne s’attend ? C’est un choix cornélien, encore plus intenable à cause des aléas de la production télévisuelle au nombre desquels le changement de présentateur – qui mène les interrogatoires et confère son caractère à l’émission.  Malgré tout, c’est un cold case qui a provoqué un engouement populaire, donc il y a un potentiel pour tous ceux qui souhaitent que les dernières ombres soient levées. Beaucoup de linge sale, beaucoup de faux-semblants, beaucoup de suspects, beaucoup de doutes… Tout ce qu’il faut à une intrigue bien troussée, pleine de suspense et riche en rebondissements – ceux qu’on aime, naturellement !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :