Polar ésotérique – Le triomphe des ténèbres, d’Eric Giacometti et Jacques Ravenne

En 1938, les Nazis récupèrent un exemplaire rarissime du Thule Borealis Kulten, le premier jalon d’une sombre quête des origines. Après cela, c’est l’Ahnenerbe – la Société pour la recherche et l’enseignement sur l’héritage ancestral – qui prend la main : cet institut de recherche pluridisciplinaire nazi, créé par le Reichsführer-SS Heinrich Himmler, se met à arpenter le monde à la recherche de trésors aux pouvoirs obscurs, des trésors qui pourraient établir le règne millénaire du Troisième Reich. Au Tibet en 1939, c’est un monastère que l’on dit maudit, niché dans une vallée oubliée de l’Himalaya, qui attise les convoitises des SS : l’endroit recèle bien l’antique swastika ciselée dans un métal inconnu, une croix gammée vieille de plusieurs millénaires et représentant l’un des quatre éléments. Selon une antique prophétie, celui qui détiendra les quatre précieux artéfacts des éléments deviendra le maître du monde. De quoi conforter l’offensive allemande dans sa première phase contre la France et la Grande-Bretagne. Après le Tibet, c’est au tour de l’Espagne, où le colonel SS Weistort qui dirige l’Ahnenerbe, extirpe des geôles franquistes un obscur escroc français, un certain Tristan Marcas : l’homme a participé au sac du monastère de Montserrat et mis la main sur un autre important jalon, un tableau représentant le château de Montségur, haut lieu du catharisme. C’est là que serait cachée la seconde swastika mythique. Weistort et Marcas y sont rejoints par Erika von Essling, une jeune aristocrate brillante et aussi l’archéologue préférée de Himmler. Mais la partie promet d’être contrariée non seulement par la famille d’Estillac, propriétaire et gardienne du château, mais aussi par le commander Malorley, chef du SOE, nouveau service secret britannique qui œuvre sous les ordres directs de Winston Churchill. S’engage alors une lutte qui pourrait bien déterminer l’issue du second conflit mondial…

Pour tous ceux qui, comme moi, ont adoré Le rituel de l’ombre et regretté que la première série Marcas abandonne le sillon fécond des agissements nazis, Le triomphe des ténèbres, qui ouvre un nouveau cycle Soleil Noir, est une espèce de petit miracle… Peut-être les auteurs se sont-ils fait cette réflexion eux aussi, qu’ils avaient encore beaucoup d’histoires à tirer de ce terreau fertile !

Les esprits chagrins critiquent le sujet, qu’ils trouvent plus ou moins mal ficelé entre Sept ans au Tibet, Indiana Jones et Le matin des magiciens. J’avoue ne pas partager cette opinion réductrice qui fait fi de tout ce qu’un roman de cette qualité recèle au fil de ses pages. Car Le triomphe des ténèbres n’est pas seulement un bon roman (écrit à quatre mains, sans qu’on puisse discerner aucune suture… Un exploit !) : c’est aussi un énorme travail de recherche préalable, et il n’est pas nécessaire d’être soi-même auteur pour en mesurer l’ampleur. Jugez plutôt… Créé en juillet 1935, l’Ahnenerbe Forschungs und Lehrgemeinschaft a été intégré aux SS en janvier 1939. Son but, sous couvert d’archéologie, de philologie, de biologie et d’anthropologie raciale et culturelle, était d’approfondir la connaissance des fondements de la civilisation germanique et transmettre ces découvertes par le biais de magazines, publications de vulgarisation, expositions et conférences au public allemand. L’Ahnenerbe se présentait comme un institut de recherche ordinaire, mais à travers les recherches entreprises, il s’agissait en réalité de prouver la validité des théories nazies sur la supériorité raciale des Aryens. Sur ce sujet, il existe de nombreux ouvrages de l’historien Stéphane François, que je recommande. Attaquer le nazisme par le biais de l’attirance de ces gens pour les vestiges de civilisations disparues, c’est un sacré défi… Un défi brillamment relevé.

Un plan diabolique est en marche, et seules les âmes bien trempées pourront s’opposer à son accomplissement. Plus que la puissance des armées, c’est celle de forces occultes qui pourra faire la différence dans ce terrible conflit, dans chacune de ses phases. Une histoire de fous ? Certains voudraient s’en persuader, mais la réalité est là, qui les entraîne à réviser leur jugement.

Efficace et particulièrement bien écrit et charpenté, ce polar ésotérique mêle habilement l’Histoire et la fiction, les personnages historiques et les personnages inventés de toutes pièces. Il contient aussi une impressionnante palette de lieux, tous décrits avec un grand luxe de détails – des détails utiles, et c’est là qu’on reconnaît toute la maîtrise des deux auteurs, rompus aux techniques narratives.

La nuit du mal, le second volume du cycle Soleil  Noir, est sorti le 15 mai dernier… Déjà tout lu ! Pour une prochaine review…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :