Polar historique – Le paradoxe de Vasalis, de Raphaël Cardetti

« Tel est le paradoxe de Vasalis : alors qu’on le croyait au fond du trou, abattu par les coups de boutoir de l’incrédulité obtuse de certains scientifiques de peu de foi, le voici qui resurgit de son coin, plus vif que jamais, prêt à en découdre ».

Depuis qu’elle a été licenciée du Louvre, Valentine Savi n’a plus de restauratrice d’art que le nom. Loin des œuvres des grands maîtres, elle est désormais réduite à  redorer des croûtes et à gâcher son talent. C’est du moins l’avis du mythique Elias Stern, un collectionneur d’art de renommée internationale qui décide d’embaucher la jeune femme au sein de sa fondation. Car il sait que seule Valentine pourra restaurer le palimpseste qu’il vient d’acquérir… et peut-être révéler ainsi le De forma mundi un texte interdit du 13e siècle qui a valu à son auteur – Vasalis – de finir sur le bûcher. A mesure qu’elle se penche sur ces pages maudites, c’est tout un monde que Valentin découvre. Confrontée aux érudits de l’illustre Sorbonne, comme aux pires trafiquants d’art, elle comprend qu’elle a mis le pied dans une fondation à l’image de son créateur : puissante, mystérieuse, et qui semble tirer toutes les ficelles.

Troisième roman de Raphaël Cardetti, Le paradoxe de Vasalis est le premier volume d’une série qui mêle l’art et le suspense, l’érudition et l’aventure, l’histoire et la modernité. Le résultat de cet étonnant mélange est remarquable de maîtrise, tant sur le fond que sur la forme, avec une pointe d’humour qui ajoute une légèreté tout à fait bienvenue dans cet univers suffocant de magouilles en tous genres. En fait, chaque personnage de ce roman fascinant traîne une casserole – et certaines de ces cachotteries sont gratinées ! Autour des candidats aux ennuis, les intrigues s’enchevêtrent, avec au cœur de chacune d’elle, le mystérieux manuscrit que Valentine espère faire renaître de ce codex endommagé qui lui a été confié. Les différents points de vue ajoutent encore à l’impression de mystère insondable que le lecteur espère pénétrer lui aussi, à la faveur de cette restauration de la dernière chance.

Mais que contient ce traité perdu intitulé De forma mundi, interdit par le pape Clément IV et traqué dans toutes les bibliothèques d’Europe par ses agents zélés ? Qu’est-ce que Vasalis a bien pu y raconter de si énorme pour mériter non seulement la mort sur le bûcher, mais aussi une telle damnatio memoriae qui le ravale pratiquement au rang de mythe ? Et justement : si les hommes sont mortels, leurs idées peuvent leur survivre, surtout quand on y met les moyens…  Il faut avouer que depuis Le Nom de la Rose, les histoires de livres maudits font recette… Encore davantage lorsqu’elles évoquent le monde des marchands d’art et des universitaires. Tout ce qu’il faut pour émoustiller les lecteurs avides d’énigmes historiques… Parfait pour moi !

Que les amateurs d’action se rassurent : ils trouveront également leur bonheur au fil de ces 378 pages… Figurez-vous un peu tout cela… On saute par la fenêtre, avec description de ce qu’on trouve en bas ensuite – une tache de sang impossible à nettoyer… On pousse dans les escaliers avec le petit détail qui tue – une victime qu’on achève dans un bruit assourdissant de cervicales qui craquent… On loue une camionnette bien lourde pour écrabouiller un témoin gênant et, pour empêcher l’identification de la victime, on s’offre une petite marche arrière pour passer une roue sur le visage : « Un bruit de succion répugnant monta de sous le châssis lorsque les roues avant franchirent l’obstacle, mais les amortisseurs absorbèrent le plus gros du choc. Le véhicule se souleva à peine, comme s’il avait roulé sur une imperfection de la chaussée ». Juste une petite chose : évitez de lire en mangeant…

Une histoire palpitante, équilibrée, merveilleusement ficelée, impossible à lâcher, très richement documentée, avec une belle brochette de personnages dans tous les genres – et aucun d’eux n’est bâclé ! – dans un style fluide, alerte, visuel et qui va à l’essentiel… En bref, votre prochaine lecture !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :