Polar classique – Le Chant du Cygne, de Catherine Schul

Aymeric et Hermine de Witt sont mariés depuis quatre ans. Depuis le premier jour, c’est l’amour fou, un coup de foudre comme on le décrit dans les romans. De quoi réjouir Alexandre, le frère d’Hermine, et son épouse Maryann qui s’inquiétaient pour Hermine seule face au malheur qui avait frappé sa famille quelques jours après que la jeune femme a rencontré le bel Aymeric : un voyage familial dans un lieu paradisiaque, un bateau qui tombe en panne puis qui explose avec à son bord les parents d’Hermine et d’Alexandre. Heureusement pour Hermine, il y a eu Aymeric, et ensuite quatre années de bonheur pour se reconstruire. Pour l’heure, c’est un voyage en amoureux, au Tyrol et en Bavière, au pays des châteaux merveilleux construits par le roi fou Louis II, qui occupe le petit couple… ou plutôt qui l’a occupé, puisque l’heure du retour a sonné. Sur l’autoroute allemande, les kilomètres défilent, jusqu’à cette halte dans un restoroute. Hermine se tache, file dans les toilettes pour se changer, puis elle disparaît sans laisser de traces. Où est-elle passée ? C’est ce que voudrait savoir l’inspecteur Pierre Drouot, un Français expatrié qu’on a dépêché de la Bavière où il vit avec son épouse. Les recherches se poursuivent : il n’y a aucun corps, ni aucune demande de rançon… Et pourtant, Hermine est riche. Qui est cette blonde mystérieuse que l’on voit sans cesse sur les caméras de surveillance ? Pourquoi les affaires personnelles d’Hermine réapparaissent-elles un peu partout dans les boutiques de seconde main ?

Voilà un roman qu’on lit d’une seule traite… Un vrai défi pour tout ce que vous pourriez avoir à faire ! C’est une histoire qui monte doucement, très doucement, et à plusieurs voix. Une histoire qui commence un peu banalement par une pause café, celle dont rêvent tous les automobilistes fourbus par des heures de route, puis c’est le drame. Sans aucun doute possible. Hermine a disparu et c’est grave. Ses proches et la police peuvent bien se bercer d’illusions – comme nous le ferions tous dans la vraie vie – en imaginant que ce n’est qu’un accident sans gravité, une fugue dans un moment de déprime ou la conséquence d’une dispute d’amoureux, les lecteurs comprennent tout de suite que c’est grave. Les minutes sont-elles comptées ? Il y a quelque chose d’irrespirable dans l’atmosphère qui fait penser que oui…

Une intrigue atypique et haletante, des personnages plus vrais que nature, un suspense qui ne baisse jamais d’intensité, des éléments qui finissent par s’imbriquer dans une logique imparable… Catherine Schul, qui vit à Ohey en Belgique, signe là son premier roman : un coup magistral !

Deux choses : 1) Jetez-vous de toute urgence sur Le Chant du Cygne ; 2) Vivement le deuxième roman !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :