Polar classique – Viens avec moi, de Castle Freeman Jr

Au fin fond du Vermont, la jeune Lilian est devenue la cible de Blackway, le truand local. Alors que le sherif Wingate se révèle impuissant – ou préfère ne rien faire, en réalité – elle se tourne vers un étrange cénacle. Sous la roulette de Whizzer, un ancien bûcheron qui se déplace en chaise roulante depuis un accident en forêt, quelques originaux de la région se réunissent chaque jour dans une scierie désaffectée. Avec ses deux anges gardiens peu ordinaires, Lester, un vieillard malicieux, et Nate, un jeune homme vigoureux mais pas futé, « plus malin qu’un cheval, mais pas plus malin qu’un tracteur », Lilian se met à la recherche de Blackway dans les sombres forêts qui entourent la ville. De bar clandestin en repaire de camés, la journée qui s’annonce promet d’être mouvementée, et l’affrontement final terrible.

Alors là, c’est un bouquin aux antipodes de ce que je choisis d’habitude… Moi qui aime les ambiances feutrées, rétro avec dentelles et costumes, me voilà lancée dans ce roman où tout est noir : la personnalité étrange des personnages tous plus ou moins déconnectés de la vie réelle, l’intrigue désespérante, le lieu sinistre perdu dans des forêts sombres et sans fond. La loi n’est nulle part, ou plutôt si : c’est la loi du plus fort, au strict sens du terme. Tous les coups sont permis et Lester, le leader du trio, l’a bien compris : il va tirer parti de l’exceptionnelle force du jeune Nate qui l’accompagne, certes, mais il va aussi mettre en exergue ses meilleurs atouts, son intelligence et sa ruse. Pour quelle fin ? Vous le saurez en vous laissant immerger comme je l’ai fait dans cet univers qui va vous faire perdre tous vos repères.

Comment en suis-je arrivée à sélectionner ce livre-là sur l’étagère de la librairie ? De la manière la plus simple : venue là pour livrer quelques exemplaires de mon second roman La Peste de Moson, je me suis trouvée à discuter à bâtons rompus avec la libraire. Elle m’a expliqué toutes ses difficultés depuis que le confinement a été décrété, entre tous les requins qui se nourrissent sur le dos des petits. Touchée, j’ai voulu l’aider un peu en lui achetant un livre. Mais dans ce lieu, que la dame a dû fermer la mort dans l’âme, il n’y avait plus grand-chose à se mettre sous la dent. Le visuel de couverture de Viens avec moi était sympa et le nom de l’auteur me disait quelque chose, alors banco ! Une très bonne pioche, car de ce roman atypique régalant, on a tiré un excellent film en 2015, avec dans Anthony Hopkins dans le rôle de Lester, Julia Stiles dans celui de Lilian et Alexander Ludwig dans celui de Nate. Quant au terrifiant Blackway, il est incarné par Ray Liotta. Après un bon roman, une bonne soirée en perspective !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :