Polar historique – Le noyé du Grand Canal, de Jean-François Parot

Février 1778. A la cour de Versailles, la jeune reine Marie-Antoinette s’ennuie. D’escapades nocturnes en bals costumés, elle s’étourdit de plaisirs. Mais la fête tourne court lorsque l’un de ses précieux bijoux, volé pendant le Bal de l’Opéra, devient l’enjeu d’une affaire aux multiples ramifications. Alors que la guerre navale se développe contre l’Angleterre, confrontée à la perte de ses colonies américaines que soutient Louis XVI, Nicolas Le Floch, commissaire au Châtelet et marquis de Ranreuil, plonge dans les arcanes du pouvoir dont il est familier, et il y respire le parfum capiteux de la trahison, tandis que se joue un hallucinant jeu de dupes. Entre les frasques du duc de Chartres, les manigances du comte de Provence, le double jeu de l’inspecteur Renard et un assassin qui le défie avec orgueil, Le Floch n’aura pas la tâche facile. Car à la cour, royaume du mystère et de l’indiscrétion, les batailles ne se jouent pas à fleurets mouchetés.

A nouveau, c’est un délice pour tous les passionnés d’Histoire et de polars historiques, pour tous les admirateurs de Nicolas Le Floch, commissaire au Châtelet et marquis de Ranreuil, et de son créateur, le regretté Jean-François Parot… L’auteur a su à nouveau créer une intrigue qui vous transporte dans le temps et l’espace, à Versailles au début du règne de Louis XVI, à une époque où tout était encore possible, malgré tout le poids de l’héritage de Louis XV. On sent que l’Histoire est en marche, quoi qu’il en soit… Les références historiques abondent dans ce roman qui place l’enquêteur à la charnière de l’Histoire, au tournant du règne du jeune roi Louis XVI. Cette année 1778 est celle de la bataille d’Ouessant et aussi celle de la naissance du premier enfant du couple royal… L’appétit des candidats à la succession au trône s’aiguise encore : après une longue période de stérilité, Marie-Antoinette est enfin enceinte. Mettra-t-elle au monde le dauphin tant attendu ? C’est dans ce contexte qu’éclate l’affaire : un homme est retrouvé noyé dans le Grand Canal, au château de Versailles. Mention spéciale pour la description du duc de Chartres, futur duc d’Orléans et « Philippe Egalité » : sous la plume magique de Jean-François Parot, c’est un portrait tout en nuances d’un personnage ambigu et fascinant, de ses fidélités à ses forfaitures.

Pour tous ceux qui, comme moi, sont attachés à l’univers particulier de cette série de romans, il y a aussi l’entourage de Nicolas : tous ces personnages qui prennent chair et vie au fil des pages, le vieux procureur de Noblecourt, le docteur Semacgus, le ministre Sartine, la cuisinière Catherine… L’immersion dans le 18e siècle est totale, du Paris bourgeois aux bas-fonds, des hôtels particuliers à la splendeur de Versailles : quand on interrompt la lecture, il faut se secouer pour revenir au 21e siècle. D’aucuns regretteront peut-être que l’histoire ait tendance à se focaliser sur le héros, sur son histoire personnelle, sur ses états d’âme, tous passages que les grincheux assimilent à des temps morts… Mais quoi, c’est le héros, que diable !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :