Hercule Poirot, ABC contre Poirot – Frédéric Brémaud et Alberto Zanon… Enquêtes et mystères dans les bandes dessinées

Une course contre la montre, et un annuaire des transports pour toute signature… Voici Hercule Poirot aux prises avec un adversaire bien déroutant qui le prévient de ses méfaits et le met au défi de l’arrêter. Après Alice Asher à Andover et Betty Barnard à Bexhill sur mer, peut-on craindre que l’assassin poursuive sur sa voie alphabétique ? Pourquoi les lettres sont-elles adressées à Poirot ? L’assassin est-il un fou homicide et maniaque de l’alphabet ? Cette affaire hors normes constitue un challenge de taille pour celui qui prétend être le plus grand détective du monde. Alors que toute l’Angleterre se passionne et soupçonne, Hercule Poirot saura-t-il mettre fin à cette terrifiante série de meurtres ?

Un cadeau, un vrai cadeau ! D’abord au sens propre : merci, chère Ania, pour cette découverte, ou plutôt cette redécouverte, de l’un des plus grands classiques d’Agatha Christie – un roman sombre et machiavélique qui est rendu dans toute sa splendeur en bande dessinée… Ensuite au sens figuré : un vrai cadeau, cette intrigue à laquelle Frédéric Brémaud et Alberto Zanon ont donné des contours visuels et concrets parfois un peu déroutants – l’esthétique actuelle des bandes dessinées produit cette impression, mais l’on s’habitue très vite – une intrigue que tout le monde connaît, avec des ressorts classiques mais si efficaces. Il y a surtout cette même question qui est et demeure toujours au cœur des préoccupations de la Dame de Torquay : cui prodest ? A qui profite le crime ? ABC contre Poirot – The ABC Murders, dans sa version originale parue en 1936, et deux ans plus tard en France –  est sans doute l’un des romans qui démontrent de la manière la plus éclatante le triomphe de la raison sur la folie apparente. Pour nourrir ce tour de force sans jamais se perdre, la romancière s’est fait plaisir en reprenant l’une des techniques de Charles Dickens, son auteur favori, et en alternant les récits à la première personne et à la troisième personne. Agatha Christie aurait-elle pu écrire l’histoire d’un crime dépourvu de mobile ? Je ne crois pas, et honnêtement, je ne vois pas quel intérêt on aurait pu y trouver. La beauté de l’exercice de style, peut-être… Pas sûr.

ABC, c’est aussi le retour du capitaine Hastings, si attachant et si révélateur par contraste de tout ce qui fait le charme d’Hercule Poirot – toutes ses petites manies, son amour de la symétrie et de l’ordre. Mention spéciale donc, à l’intention de toutes les admiratrices du charmant Arthur.

Et si vous êtes comme moi désormais sous le charme de cette série, j’ai le plaisir de vous annoncer qu’il existe d’autres albums adaptant l’œuvre de la grande Dame : Hercule Poirot – Le crime de l’Orient-Express, Rendez-vous avec la mort, La mystérieuse affaire de Styles et Mort sur le Nil – Miss Marple – Un cadavre dans la bibliothèque – les Beresford – Mr Brown – ou ce classique au titre qui fait aujourd’hui polémique – Ils étaient dix.

Un commentaire sur “Hercule Poirot, ABC contre Poirot – Frédéric Brémaud et Alberto Zanon… Enquêtes et mystères dans les bandes dessinées

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :