Policier classique – Pourquoi pas Evans ? d’Agatha Christie

À l’occasion d’une partie de golf, Bobby Jones découvre un homme agonisant près d’une falaise. Suicide, accident ou meurtre ? Quelques secondes avant d’expirer, l’homme ne prononce que ces paroles mystérieuses : « Pourquoi pas Evans ? ». Dans une poche de la veste du défunt, Bobby découvre la photographie d’une belle jeune femme. Sur ces entrefaites un homme se présente sur les lieux, expliquant s’appeler Roger Bassington-Ffrench. L’enquête, rapidement réalisée, conclut à un accident ; grâce aux informations données par Mme Amalia Cayman, l’identité de l’homme semble correspondre à « M. Alex Pritchard ». Amalia déclare être la sœur du défunt et être la femme figurant sur la photographie, assez ancienne. Quelques jours après la clôture de l’enquête, peu après avoir bu une bouteille de bière, Bobby tombe subitement malade et soupçonne une tentative d’empoisonnement. Il porte plainte, mais la police n’a aucun élément pour dénouer l’affaire. Qu’a-t-il vu qu’il n’aurait pas dû voir ? Plus tard, demandant l’autorisation de revoir la photographie, il découvre stupéfait que la photo en possession de la police n’est pas la photo qu’il avait vue ! Il en conclut que Bassington-Ffrench a dû échanger les deux photos hors de sa vue, et se demande si Amalia était vraiment la sœur du défunt. Bobby et son amie lady Frances Derwent, dite Frankie, décident d’enquêter sur Bassington-Ffrench… Une enquête qui n’est pas sans péril !

Voilà une histoire pleine de rebondissements, parfois à la limite du crédible, mais si plaisante d’un bout à l’autre. Les cartes sont constamment battues et rebattues, les apparences sont trompeuses. Un Agatha Christie sans Hercule Poirot et sans Miss Marple. L’intrigue est complexe et à la hauteur du talent et des ressources du duo d’enquêteurs particulièrement inventifs, les personnages sont nombreux – Agatha Christie oblige – et le titre, sous forme de question en français comme dans la version originale (Why didn’t they ask Evans ?), a tout ce qu’il faut pour titiller la curiosité du lecteur et l’accrocher jusqu’à la dernière page. Une question qui restera en suspens durant tout ce roman qui date du milieu des années 30 et dont se dégage un charme suranné tout à fait délicieux. La Dame de Torquay renoue avec un motif qu’elle adore : le crime aurait été parfait, s’il n’y avait eu ce damné grain de sable, la présence d’un témoin bien curieux et futé.

Trois adaptations télévisées pour ce roman, avec à chaque fois, sa petite pirouette. La première date de 1980 : il s’agit d’un téléfilm britannique, avec Francesca Annis et James Warwick dans les rôles de Frankie et de Bobby – c’est la seule adaptation qui respecte la distribution originale des enquêteurs sans ajout.  En 2009, retour de Pourquoi pas Evans ? dans la série britannique Miss Marple d’ITV : au duo d’enquêteurs, on a joint Miss Marple incarnée par Julia McKenzie. Et enfin en 2013, le créatif Pourquoi pas Martin ? des Petits Meurtres d’Agatha Christie de France 2, où les enquêteurs originaux sont remplacés par le commissaire Swan Laurence (Samuel Labarthe), la journaliste Alice Avril (Blandine Bellavoir) et la secrétaire Marlène Leroy (Elodie Frenck).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :