Le mystère de Saint-Sauveur

Toute cette histoire – un simple fait divers, diront certains – commence un matin de l’hiver 1957-1958, dans le fond d’un village hesbignon, à Moxhe, près de Hannut, en Belgique. Ou plutôt à Moxheron, l’un des hameaux qui constituent cette localité nichée au creux des méandres de la Mehaigne. Une rivière bucolique, un petit village où il ne se passe jamais rien…

20201126_150805

D’importants travaux d’adduction d’eau ont été entamés. Les excavations vont bon train jusqu’au moment où un ouvrier arrête tout parce qu’il vient de recueillir un objet insolite : ce qu’il croyait d’abord être un fragment de silex est en réalité un crâne d’homme défoncé par un coup violent, probablement porté par un outil comme une pioche. Un détail : les dents sont intactes. Le reste du corps est rapidement retrouvé près de la chapelle Saint-Sauveur, enterré en oblique et le nez en terre.

181

S’agit-il d’un crime ? Comment le savoir ? Ce qui est certain, c’est que l’individu a été placé là avant 1905 : cette année-là, la ruelle primitive, sur le tracé de laquelle le corps a été inhumé, a été remplacée par un chemin communal pourvu de trottoirs. Peut-être y a-t-il au village des témoins qui peuvent se souvenir d’une disparition inquiétante… En effet, certaines personnes évoquent très vite le souvenir d’un jeune homme qui se serait volatilisé sans explication : on aurait seulement retrouvé ses vêtements le long de la Mehaigne, mais de lui, aucune trace ! Et pour cause…

Si c’est un crime – non élucidé à ce jour – le meurtrier s’est montré particulièrement hardi car il a enterré sa victime dans un lieu habité, et donc fréquenté. On ne sait rien des circonstances qui ont précédé la mort de ce malheureux, ni de celles qui ont poussé son tueur à dissimuler ses restes à cet endroit en particulier… Y vivait-il ? A-t-il bénéficié de complicités sur place – des riverains qui auraient tout vu et auraient choisi de se taire ? Le saura-t-on un jour ?

12309875_10208107522422868_3642390824867896558_o

Avis aux amateurs de belles traditions hesbignonnes: chaque lundi de Pâques, Moxhe vit au rythme de la fête de la Saint-Sauveur – une tradition qui remonte à près de deux siècles et à la grâce rendue par un cultivateur local qui avait perdu deux chevaux attelés et qui les avait retrouvés indemnes, contre toute attente. C’est là l’origine de la chapelle Saint-Sauveur, au bout de la rue du Curé. Il fut un temps où les villageois s’affrontaient au couyon avant de tournoyer sur les pistes de danse d’un bal de village à l’atmosphère mémorable… Il nous reste la belle messe traditionnelle à la Grange, rue du Tombeu, à 10h, et la bénédiction des véhicules (voitures, chevaux, vélos, trottinettes…) devant la chapelle Saint-Sauveur, à 11h30.

275989948_7701525659861164_3482417753633184116_n

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :